Slowprenariat

Slowprenariat : oser ralentir pour entreprendre plus sainement

Arrête de courir ! Même si en business, on a l’impression qu’il faut toujours en faire plus et plus vite, l’idée de ralentir commence à faire son chemin. Prendre son temps pourrait ainsi être la clé pour construire une entreprise plus saine et durable. Le slowprenariat, c’est une invitation à repenser ta manière d’entreprendre pour vivre et travailler de façon plus alignée avec ton rythme. Ça t’intrigue ? Suis-moi dans l’univers fascinant du slowprenariat, où moins peut parfois signifier tellement plus !

Le slowprenariat, c’est quoi ?

Le slowprenariat découle du mouvement Slow life, qui prône un mode de vie plus posé et réfléchi. Si tu penses que l’idée est récente, détrompe-toi. Tout a commencé en 1986 (oui, au siècle dernier !), lorsque Carlo Petrini, un sociologue et critique gastronome italien, a imaginé le concept de slow food, en réaction à l’ouverture d’un restaurant McDonald’s dans le centre historique de Rome.

Prendre conscience de l’importance du goût et de la provenance des aliments, respecter le rythme des saisons et l’environnement, retrouver le plaisir de manger… C’est tout ça la slow food.

Depuis, le concept s’est étendu à bien d’autres domaines. Le slow tourisme promeut les voyages responsables. Le mouvement Cittaslow met en avant les villes où il fait bon vivre. Quant au slowprenariat, il invite les entrepreneur·es à ralentir le rythme pour être plus efficaces sur le long terme. L’idée n’est pas de ne rien faire, mais de travailler mieux. Avec cette approche, tu poses les bases d’une entreprise solide et pérenne, tout en veillant à ton bien-être.

Les dangers de la “hustle culture”

Dans beaucoup d’entreprises, la “hustle culture” ou culture de l’hyper productivité est la règle. On impose aux salarié·es d’en faire toujours plus en un minimum de temps. Et le phénomène n’épargne pas les solopreneur·es. On est souvent nos pires patrons ! Les injonctions à publier tous les jours sur les réseaux sociaux, à répondre aux commentaires le plus vite possible et à être disponible H24 pour sa clientèle peuvent créer un environnement de travail toxique.

Dans cette course incessante à la productivité, on se retrouve souvent à négliger notre bien-être. Quand la quantité prime sur la qualité, on oublie de vivre ! Déséquilibre entre vie pro et perso, stress, santé physique mise de côté, burn-out : les dangers sont réels.

Or, en entrepreneuriat, tu es le cœur de ton business. Si tu ne prends pas soin de toi, c’est toute ton entreprise que tu mets en danger. Tu connais certainement ce proverbe qui dit “Qui veut aller loin ménage sa monture”. Dans le cas présent, la monture, c’est toi !

Avec le slowprenariat, tu peux choisir de dire stop à cette course effrénée et opter pour un rythme qui respecte ta santé et ton épanouissement, tout en gardant une entreprise rentable. C’est le modèle que j’ai adopté depuis 2022. Et je ne le regrette pas !

Comment se lancer dans le slowprenariat ?

Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas choisi d’adopter le slowprenariat. C’est le fait de devenir maman qui m’a forcée à aller vers ce mouvement. Pour profiter de ma famille, j’ai dû faire des ajustements pour travailler moins, mais mieux.

Cela a transformé ma vie professionnelle. J’ai réduit mon temps de travail à 20-25 heures par semaine (auparavant, c’était presque le double). En revanche, je n’avais pas l’intention de diminuer mon salaire pour autant ! J’ai donc dû adopter une approche plus équilibrée.

Car, le slowprenariat ne se limite pas à un simple ajustement horaire. C’est toute une philosophie qui consiste à aller vers l’économie et l’écologie personnelle. Il s’agit d’être plus conscient·e :

  • de ce qu’on fait ;
  • de pourquoi on le fait ;
  • et vers où on va.

Concrètement, j’ai dû reprendre toute mon organisation et me concentrer uniquement sur les sujets les plus importants pour moi. Chaque tâche, chaque choix n’est validé que s’il sert la vision que j’ai pour mon entreprise et ma vie.

J’ai appris à prioriser, à déléguer et à travailler de manière plus intelligente, en adoptant la règle des 80/20. Fini le perfectionnisme qui me coûtait de nombreuses heures injustifiées ! Désormais, si une tâche répond à 80 % de mes attentes, c’est suffisant.

Le temps que je consacre à ma clientèle n’a pas diminué. C’est celui que je passais sur mon propre business qui a considérablement réduit. Je perds moins de temps dans des détails que j’étais la seule à remarquer…

Parallèlement, j’ai fait évoluer mes tarifs en même temps que mes offres. Finalement, je suis maintenant plus rentable qu’avant.

Le slowprenariat en résumé

Ralentir n’est pas juste une mode. C’est une nécessité pour rester en bonne santé, aussi bien mentale que physique, tout en construisant une entreprise solide et rentable. À quoi bon travailler sans relâche si tu ne peux pas profiter de ta vie à côté ? Avec le slowprenariat, tu auras plus de temps non seulement pour proposer du contenu et une offre de qualité, mais aussi pour profiter des moments simples de la vie qui font ton bonheur : voir tes amis, être là pour ta famille, te détendre… Si toi aussi, tu veux embrasser le slowprenariat, mais que tu ne sais pas comment t’y prendre, réserve un appel découverte avec moi. Je t’expliquerai comment je peux t’accompagner pour construire une entreprise qui prospère tout en prenant soin de toi.

Inscrivez-vous à la Newsletter et recevez mes dernières trouvailles Marketing tous les mardi !  

Et si vous pensez que cet article pourrait aider d’autres entrepreneurs : partagez-le :) 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles à découvrir :